Délégation ÎIe-de-France Gif-sur-Yvette
Centre national de la recherche scientifique

Accueil > Actualités

[Actualité scientifique] PHEBUS, un spectromètre français embarqué sur la mission BepiColombo, est maintenant en route pour Mercure

[Actualité scientifique] PHEBUS, un spectromètre français embarqué sur la mission BepiColombo, est maintenant en route pour Mercure

publié le

[Mise à jour :
Lundi 22 octobre aux alentours de 18:40 CEST, PHEBUS est le premier des instruments de la mission BepiColombo à donner signe de vie et tout va bien !
L’instrument a été allumé pendant près de 25 minutes le temps de faire quelques vérifications basiques et de procéder ensuite avec succès au déverrouillage du mécanisme de pointage (scanner) de l’instrument.
La prochaine étape prévue le 7 décembre 2018 sera de tester la rotation du télescope de l’instrument.]

Dans la nuit du 19 au 20 octobre, les deux satellites qui composent la sonde Bepi ont été lancés depuis le Centre Spatial de Kourou en Guyane par une fusée Ariane 5. Après un périple de sept ans, ils se sépareront pour se mettre en orbite autour de Mercure.

La mission a embarqué seize instruments scientifiques, parmi lesquels le spectromètre PHEBUS conçu sous la responsabilité scientifique et technique du LATMOS (Laboratoire Atmosphères, Milieux, Observations Spatiales (CNRS/UVSQ/Sorbonne Université).
Après les sondes américaines MARINER 10 (1973) et MESSENGER (2004), la mission Bepi-Colombo est la troisième mission pour l’exploration de la surface et de l’environnement de Mercure.
PHEBUS quant à lui est un double spectromètre optique. Il est dédié à la caractérisation de l’exosphère de Mercure en termes de composition et de dynamique, et des relations entre la surface et l’exosphère. Il peut mesurer simultanément toutes les espèces détectables pour produire des cartes tridimensionnelles (altitude, latitude, longitude) de l’exosphère, et étudier son évolution au cours du temps face aux conditions extrêmes de l’environnement de la planète.

© CNES/PIRAUD Hervé, 2015

Voir en ligne : Lire l’article sur CNRS Le journal

Membre de

Paris Saclay