Délégation ÎIe-de-France Gif-sur-Yvette
Centre national de la recherche scientifique

Accueil > Actualités

[Actualité scientifique] La structure de la face cachée de l'enzyme NADPH oxydase dévoilée

[Actualité scientifique] La structure de la face cachée de l’enzyme NADPH oxydase dévoilée

par Stéphanie Rigault - publié le

L’activation de la NADPH oxydase, enzyme majeure du système immunitaire, dépend de l’assemblage des sous-unités qui la constituent, soit trois unités cytosoliques et deux unités membranaires. Grâce à une approche originale basée sur des techniques d’imagerie en cellule vivante et la modélisation 3D, une équipe du Laboratoire de chimie physique d’Orsay (CNRS/Université Paris-Sud/Université Paris-Saclay) et leurs collaborateurs proposent le premier modèle structural complet de la partie cytosolique de l’enzyme. Ces travaux qui marquent le point de départ pour élucider les étapes d’activation de cette enzyme cruciale sont publiés dans The Journal of Biological Chemistry.

L’enzyme NADPH oxydase permet aux cellules phagocytaires du système immunitaire de produire des substances toxiques pour détruire les pathogènes (virus, bactéries, etc.) dans le compartiment où elles les séquestrent, après les avoir capturés. Si cette enzyme est essentielle aux mécanismes de défense de l’organisme, sa dérégulation a par ailleurs de lourdes conséquences : son hyperactivité est un facteur aggravant, voire déclenchant, de nombreuses maladies inflammatoires telles que les bronchites chroniques. Afin de mieux comprendre les mécanismes qui sous-tendent l’activation de l’enzyme, les chercheurs du Laboratoire de chimie physique (LCP) d’Orsay se sont penchés sur l’organisation structurale de trois des cinq sous-unités qui la composent, à savoir ses trois unités cytosoliques

© M. Erard

Voir en ligne : Lire l’article sur le site de l’INC