Délégation ÎIe-de-France Gif-sur-Yvette
Centre national de la recherche scientifique

Accueil > Actualités

[Communiqué de presse] - Choc anaphylactique : les anticorps IgG et les neutrophiles, des acteurs inattendus

[Communiqué de presse] - Choc anaphylactique : les anticorps IgG et les neutrophiles, des acteurs inattendus

par Stéphanie Rigault - publié le

Le choc anaphylactique, réaction allergique exacerbée pouvant entrainer la mort,
peut être causé notamment par l’usage de médicaments lors d’une opération
chirurgicale. Dans la plupart de ces réactions extrêmes, on peut constater chez
les patients des signes d’activation cellulaire par des anticorps de type IgE.
Cependant 10 à 20% des chocs anaphylactiques ne présentent aucun signe de
l’activation de cette voie IgE-dépendante. Des équipes de l’Institut Pasteur, de
l’Inserm, de l’AP-HP, du CNRS, de l’université Paris-Sud et Sorbonne université
sont parvenus à identifier un nouveau mécanisme d’action responsable de ces
chocs jusqu’à présent inexpliqués, impliquant des polynucléaires neutrophiles
activés par des anticorps de type IgG. Ces résultats, publiés le 10 juillet dans la
revue Science Translational Medicine, permettront une meilleure prise en charge
du diagnostic des patients qui ont subi ce type de choc.

L’anaphylaxie est une réaction allergique hyper-aiguë. Elle est le résultat d’une réaction immunitaire inappropriée suite à l’introduction dans l’organisme d’un antigène habituellement inoffensif. La fixation de cet antigène à des anticorps préexistants dans l’organisme déclenche la sécrétion massive de puissants médiateurs vasodilatateurs, ce qui provoque un état de choc pouvant entrainer une défaillance de plusieurs organes, voire la mort.
L’anaphylaxie peut être induite par de nombreuses substances : les médicaments
(antibiotiques, curares), les aliments, ou encore les venins d’insectes. Dans cette étude, les scientifiques se sont concentrés sur les réactions allergiques aux curares, médicaments utilisés durant les anesthésies générales pour provoquer un relâchement musculaire. La fréquence d’apparition de choc anaphylactique aux curares est d’un cas pour 10 000 à 20 000 opérations, ce qui représente environ 3 à 5 chocs par semaine sur la région parisienne.

© Adobe Stock

Voir en ligne : Lire l’article sur le site du CNRS