Délégation ÎIe-de-France Gif-sur-Yvette
Centre national de la recherche scientifique

Accueil > Actualités

[Communiqué de presse] - La guérison des brûlures facilitée par les plasmas froids

[Communiqué de presse] - La guérison des brûlures facilitée par les plasmas froids

par Stéphanie Rigault - publié le

Dans un article publié dans le Journal of Pathology, une équipe de chercheurs de
l’Institut de recherche biomédicale des armées et du Laboratoire de physique des
plasmas (LPP, École polytechnique/CNRS/Observatoire de Paris/Université Paris-
Sud/Sorbonne Université) démontre pour la première fois l’effet bénéfique des
plasmas froids sur la cicatrisation des greffes de peau après brûlure.

Chaque jour, plus de 800 personnes meurent dans le monde des suites de brûlures au troisième degré. En France, ce sont près de 12 000 patients qui chaque année sont victimes de brûlures nécessitant une hospitalisation, dont 30% d’enfants de moins de 5 ans.

Enjeu majeur de santé publique, le pronostic des brûlures sévères pourrait connaître une sensible amélioration grâce aux recherches faisant l’objet de cette publication. Réunissant médecins, biologistes et physiciens des plasmas, l’équipe a réussi à mettre en évidence le bénéfice d’une application de plasma froid sur les greffes de peau, technique aujourd’hui la plus utilisée afin de remplacer et d’aider à reconstituer la peau endommagée par les brûlures au troisième degré sur une grande surface.

Les plasmas froids sont des gaz partiellement ionisés, c’est-à-dire dont une partie des atomes et molécules ont perdu leurs électrons à la suite d’un apport d’énergie. Ils sont facilement produits en laboratoire ou dans l’industrie en appliquant un courant électrique à un gaz. La source plasma utilisée pour cette étude, conçue et caractérisée au Laboratoire de physique des plasmas (LPP), génère une décharge électrique dans un flux d’hélium, ce qui crée, au contact de l’air ambiant, des
espèces chimiques réactives de l’oxygène et de l’azote comme l’oxyde nitrique, connu pour favoriser la cicatrisation.

© École polytechnique – J.Barande

Voir en ligne : Lire l’article sur le site du CNRS